Fragments de bande dessinée italienne

Survol rapidissime et très partiel de l’activité transalpine. Dans cette présentation, axée sur les auteurs modernes, on ne lira rien sur les grands anciens (Battaglia, Bottaro, Crepax, Jacovitti, Pratt, Toppi et quelques autres), et pas grand-chose sur ceux qu’on a découvert en France dans les années 80 via L’Écho des savanes et À suivre (Altan, Cadelo, Liberatore, Magnus, Mattotti, Pazienza et quelques autres).

Péplum

Voici le printemps. Les tenues sont raccourcies et les étoffes plus ventilées. Autrefois, les garçons portaient des toges et de très élégantes jupettes, certaines chroniques de l’Antiquité gréco-romaine en témoignent. Revue de genre.

Je suis malade

Enfin un thème gai et rafraîchissant ! La maladie n’épargne pas les artistes ni leur travail. Elle touche l’auteur dans sa chair ou affecte un proche, d’où, parfois, le repli introspectif sur la table à dessin. L’exercice est délicat, car la frontière reste étroite entre l’œuvre cathartique à portée universelle et le récit besogneux saturé de pathos.

Bande dessinée et journalisme

Paru quelques semaines avant Noël, La face karchée de Sarkozy (Cohen / Malka / Riss, coédité par Fayard et Vents d’Ouest) a bénéficié d’un accompagnement médiatique soutenu. « Première BD-enquête » selon la réclame imprimée sur la couverture, cet album inventerait une nouvelle forme de journalisme…

Revues de bandes dessinées

Si certaines revues suivent les voies de distribution du livre, c’est qu’elles émanent d’éditeurs qui ne se voient pas en patrons de presse. Leur vocation est de présenter la ligne éditoriale de la maison, bien sûr, mais elles balisent aussi un territoire d’expérimentation dont les auteurs sont friands. La plupart de ces revues ont pris du poids avec l’âge. Elles se souviennent toutefois qu’elles furent d’intrépides fanzines dans leur jeunesse.

Comic-books

Les bandes dessinées de super-héros viennent essentiellement des USA. Dans leur version originale, elles sont publiées sous forme de périodiques faiblement paginés et de petite dimension appelés « comic-books », dont on retrouve des équivalents dans les kiosques français (cette introduction s’adresse aux non pratiquants).