Il faut lire Francis MASSE

Il faut lire Francis MASSE

L’encyclopédie de Masse est de retour trente ans après sa première édition ! Un tome publié en novembre 2014 et le second à paraître début 2015. Sonnez hautbois, résonnez musettes ? Ah non tiens, on dirait bien que tout le monde s’en fout.

LÉCROART Étienne

LÉCROART Étienne

L’Ouvroir de Littérature Potentielle (OuLiPo) voit le jour en novembre 1960 sous la frésidence pondatrice de François Le Lionnais. Pour marquer le coup, Étienne Lécroart décide de naître lui aussi, sans attendre plus longtemps.

SACCO Joe (entretien)

« Porter la plume dans la plaie », adopter le point de vue de l’historien. Le mode d’expression utilisé par le journaliste Joe Sacco pour témoigner des troubles de ce monde, la bande dessinée, lui impose une immersion au long cours que ses confrères soumis aux exigences du « temps réel » envisageront peut-être comme un privilège. L’auteur primé de Palestine évoque son métier et son propre rapport aux médias.

RABATÉ Pascal (entretien)

Il est de ces dessinateurs de bandes qui un jour, tombent dans le cinéma. Mais son univers narratif ne change pas, concentré sur une province sans grande ambition touristique et des gens qui n’intéressent traditionnellement ni les élus, ni les médias. Désir affirmé d’évoquer un prolétariat en voie de disparition, de faire trace, en privilégiant toutefois « l’aspect poétique des choses ». Et de Cavaliers faciles à   Ni à   vendre ni à   louer, de plus en plus, décidément, l’envie de pellicule.

SARDON Vincent

SARDON Vincent

Vincent Sardon incarne à   lui seul l’apprentissage tout au long de la vie, l’auto-entreprenariat, la mobilité et les bifurcations d’un parcours professionnel chaque jour réinventé. Anciennement dessinateur de bandes, il a délaissé cette activité peu rémunératrice au profit des illustrations qu’il refourgue régulièrement à   la presse. Surtout, il fabrique des tampons encreurs, et c’est de ce travail étonnant dont nous souhaiterions aujourd’hui vous entretenir.

PLYMPTON Bill

PLYMPTON Bill

Né en 1946 dans l’Oregon, Bill PLYMPTON s’est installé à   New-York au début des années soixante-dix pour terminer ses études artistiques et débuter une carrière d’illustrateur. Il attendra encore une quinzaine d’années avant de s’investir vraiment dans l’animation.

Le travail oblique de Plympton n’intéresse pas forcément les gamins. Les éditions Attila ont récemment eu la bonne idée de rapprocher son œ“uvre de celle de Roland Topor. Dans les deux cas : surréalisme et humour « désespérément drà ´le ».