Une sélection de dessins originaux dévoilant un Noir et Blanc tramé, pointilliste et photographique. Séance de signatures exceptionnelle, samedi 13 octobre, pour le vernissage de l’exposition consacrée à l’auteure canadienne du troublant Bezimena récemment paru aux éditions Ici-même.

Nina s’est fait connaître en France par la publication de Fatherland, déjà aux éditions Ici-même. Chroniqué ici à l’occasion de sa première venue en 2015.

« Nina Bunjevac commence sa formation artistique en Yougoslavie, à l’école d’arts appliqués de Djordje Krstic. En 1997, elle obtient son diplôme de Dessin et Peinture à l’École d’Art et de Design de l’Ontario. D’abord peintre et sculptrice, Nina trouve ensuite sa vocation dans la bande dessinée, une forme qui semble dériver naturellement des éléments narratifs de ses installations sculpturales. Elle a aujourd’hui une prédilection pour le crayon et l’encre.
Nina est également enseignante. Artiste plusieurs fois lauréate de la bourse d’éducation du Conseil des Arts de l’Ontario, elle conduit ses projets de dessins et de fanzines dans plusieurs écoles publiques de Toronto. Ses bandes dessinées ont paru dans de nombreuses revues européennes et nord-américaines telles que Mineshaft, Exile, Black, Giuda, Le Dernier Cri, Komikaze et Broken Pencil. Elle est coéditrice de l’anthologie Balkan Comic : Women on the Fringe (Mark Batty Publishers) »

(présentation éditeur)

Attention ! l’exposition sera de très courte durée, pas plus de trois semaines en octobre.

Bezimena

nina4

nina1

nina2