Tout le mois d’août sur les murs de Contrebandes, les originaux d’un livre aussi aérien que cinglant publié en 2017 aux Cahiers dessinés. Anna Sommer distille une œuvre précieuse, elle nous fait la joie de sa présence jeudi 30 août pour une séance de dédicaces et le finissage de l’exposition.

« Anna Sommer est née en mai 1968 à Staffelbach, un hameau près d’Aarau, en Suisse alémanique. Sa mère enseigne le dessin, son père est fourreur. Le crayon de la première, le scalpel du second tracent sa voie. Les régions germanophones étant imperméables à la bande dessinée, Anna n’est pas contaminée par les petits Mickey à gros nez. […] Ses dessins s’inspirent davantage de l’expressionnisme allemand que des comics, d’Otto Dix que d’Astérix. Elle revendique l’influence de Félix Vallotton, dont les bois gravés accordent non seulement le noir et le blanc, mais aussi l’ombre et la lumière, et encore la vérité et le mensonge.
[…] Anna Sommer a mis l’amour au cœur de son œuvre, mais son approche est plus acide que sucrée. Les scènes de la vie conjugale et les manœuvres de séduction qu’elle dessine récusent tout sentimentalisme.
[…] Dans la centaine de planches qui composent L’inconnu, elles suit quelques personnages de la classe moyenne et d’âge moyen normalement névrosés, coincés dans un quotidien suintant la frustration et le malaise existentiel. Le trait est net, les vignettes se suivent et s’enchevêtrent sans être isolées dans des cases. Une femme découvre un bébé abandonné dans une cabine d’essayage et l’adopte clandestinement, une adolescente se laisse aller à l’obésité, un clébard frétillant joue les go-beetwens.
Découpant ses fines tranches de condition humaine, sereine et cruelle, Anna Sommer s’avère tranchante comme un scalpel, légère comme un papier de soie… »
Extraits de « De soie et d’acier », préface à L’inconnu par Antoine Duplan

anna1

L’Inconnu (les Cahiers dessinés – 2017)

Chronique maison

Autres livres aux Cahiers dessinés :