L’auteur de Kobane calling (Cambourakis, 2016) est de passage à Toulon vendredi 12 janvier à 18h. Ça ne se rate pas.

Dessinateur aujourd’hui le plus célèbre d’Italie, quelques centaines de milliers d’ouvrages vendus à la clef, Michele « Zerocalcare » Rech doit sa popularité à un blog qui attire depuis le début des années 2010 lecteurs et lectrices pas forcément férues de bandes dessinées. Atermoiements drôles et réfléchis d’un jeune homme de son temps. « Je ne raconte que le côté le plus léger et frivole de ma vie. Si nous étions comme je me décris dans les bandes dessinées, nous serions tous un peu régressifs et stupides. Ma génération a d’autres problèmes ». À l’espace individuel du blog, il oppose celui des milieux autogérés autour desquels il s’est construit. Alors en 2015, après quelques livres plus ou moins « frivoles et légers », l’engagement s’en mêle : une utopie libertaire (et le journal Internazionale, équivalent italien du Courrier international) pousse Zerocalcare vers la Turquie puis la Syrie où il découvrira in situ la guerre et la mise en œuvre du « confédéralisme démocratique », théorisé par Abdullah Öcalan dans les geôles d’Erdogan après que le leader du PKK a viré sa cuti léniniste. Kobane calling reste un témoignage important sur l’exploration de cette utopie et de l’activisme kurde, tous genres de media confondus.

Invité par l’Agence Régionale du Livre dans le cadre du prix littéraire des lycéens et apprentis, Zerocalcare ne sait pas travailler hors de son quartier romain de Rebibbia. Sa renommée a quelque peu altéré ses habitudes et cela ne lui convient guère : il ne répond que de façon très sélective aux multiples sollicitations. En d’autres termes, réservez votre soirée.

Chronique maison de Kobane calling

zerocalcare.it

kobane calling